[KINDLE] ❂ Le consentement (Littérature Française) ❅ Vanessa Springora – Ivogue.co.uk

Le consentement (Littérature Française) Au Milieu Des Annes , Leve Par Une Mre Divorce, V Comble Par La Lecture Le Vide Laiss Par Un Pre Aux Abonns Absents Treize Ans, Dans Un Dner, Elle Rencontre G Un Crivain Dont Elle Ignore La Rputation Sulfureuse Ds Le Premier Regard, Elle Est Happe Par Le Charisme De Cet Homme De Cinquante Ans Aux Faux Airs De Bonze, Par Ses Illades Namoures Et Lattention Quil Lui Porte Plus Tard, Elle Reoit Une Lettre O Il Lui Dclare Son Besoin Imprieux De La Revoir Omniprsent, Passionn, G Parvient La Rassurer Il Laime Et Ne Lui Fera Aucun Mal Alors Quelle Vient Davoir Quatorze Ans, V Soffre Lui Corps Et Me Les Menaces De La Brigade Des Mineurs Renforcent Cette Idylle Dangereusement Romanesque Mais La Dsillusion Est Terrible Quand V Comprend Que G Collectionne Depuis Toujours Les Amours Avec Des Adolescentes, Et Pratique Le Tourisme Sexuel Dans Des Pays O Les Mineurs Sont Vulnrables Derrire Les Apparences Flatteuses De Lhomme De Lettres, Se Cache Un Prdateur, Couvert Par Une Partie Du Milieu Littraire V Tente De Sarracher Lemprise Quil Exerce Sur Elle, Tandis Quil Sapprte Raconter Leur Histoire Dans Un Roman Aprs Leur Rupture, Le Calvaire Continue, Car Lcrivain Ne Cesse De Ractiver La Souffrance De V Coup De Publications Et De Harclement Depuis Tant Dannes, Mes Rves Sont Peupls De Meurtres Et De Vengeance Jusquau Jour O La Solution Se Prsente Enfin, L, Sous Mes Yeux, Comme Une Vidence Prendre Le Chasseur Son Propre Pige, Lenfermer Dans Un Livre , Crit Elle En Prambule De Ce Rcit LibrateurPlus De Trente Ans Aprs Les Faits, Vanessa Springora Livre Ce Texte Fulgurant, Dune Sidrante Lucidit, Crit Dans Une Langue Remarquable Elle Y Dpeint Un Processus De Manipulation Psychique Implacable Et Lambigut Effrayante Dans Laquelle Est Place La Victime Consentante, Amoureuse Mais Au Del De Son Histoire Individuelle, Elle Questionne Aussi Les Drives Dune Poque, Et La Complaisance Dun Milieu Aveugl Par Le Talent Et La Clbrit


5 thoughts on “Le consentement (Littérature Française)

  1. says:

    Il a fallu beaucoup de courage certainement l auteur pour se lancer dans la description d une emprise amoureuse Elle d crit tr s bien au fil du temps son abandon et la perversit intelligente de son amant dans une poque o tout semblait permis La force du r cit, sa profondeur et la d couverte petit petit du machiav lisme vous captive tr s rapidement et donnes des clefs aux potentielles autres victimes sur le long processus qui conduit au d tachement Une lecture passionnante et tr s d rangeante sans voyeurisme qui pose question sur cette fameuse poque.


  2. says:

    Merci Vanessa Springora d avoir crit ce livre n cessaire, et du d bat qu il suscite Je suis ravie qu il paraisse avant la mort de l immonde Matzneff La honte commence changer de camp, et c est tant mieux.


  3. says:

    Ce livre qui fait le buzz depuis quelques jours dans le milieu de l dition est un t moignage accablant sur la perversit d un crivain qui se vantait de s duire les moins de seize ans Il permet d avoir le point de vue de la jeune fille sur une relation r ellement amoureuse mais punie par la loi On est abasourdi de constater que Gabriel Matzneff s est toujours donn le beau r le dans les nombreux volumes de son journal On pouvait craindre le pire de ce r cit o le voyeurisme aurait pu tre bien encombrant Il n en est rien Le livre d crit avec pudeur et sensibilit l emprise d un s ducteur quinquag naire sur une jeune fille de 14 ans.Vanessa Springora raconte le mal tre d une adolescente en manque de rep res et le temps qu a mis sa blessure non pas gu rir compl tement mais tre adoucie par le temps et la maturit.L ego surdimensionn de Gabriel Matzneff en prend pour son grade Il suffit de lire le passage la fin du livre o une autre de ses conqu tes d crit sa fa on m canique et ennuyeuse de faire l amour Il a d se r fugier en Italie pour ne pas entendre crier les loups qui subitement veulent le clouer au pilori Le courage n est ni du cot de l crivain, ni du cot de ses d tracteurs opportunistes Il est totalement du cot de Vanessa Springora dans cet exercice difficile et tr s r ussi.


  4. says:

    C est peu de dire que ce livre aura t grandement pr c d d un battage m diatique rarement gal et assez tonnant dans la mesure o voil tr s longtemps que les agissements de Gabriel Matzneff taient de notori t publique, au m me titre que ceux de Cohn Bendit, Jack Lang et tant d autres.Mais il ne faudrait surtout pas limiter ce livre au parfum de scandale m diatique dont est accompagn sa sortie En effet, on est tr s loin d un livre cherchant faire sensation, entre voyeurisme et victimisation volontaire Non, au contraire, il s agit avant tout d un v ritable travail litt raire L auteure d ailleurs pr cise ne pas avoir du tout envie d tre la porte parole de quoi que ce soit Je re ois des t moignages qui me bouleversent Je me dis que j aurais peut tre d crire plus t t, a me culpabilise un peu, je ne sais combien d ann es il a t actif, on m a racont des histoires terribles entre temps, bien pires que la mienne, mais je ne peux pas en tre le porte parole.La jeune femme relate la relation traumatisante qu elle a eue, 14 ans, avec l crivain Gabriel Matzneff, alors g de 50 ans, limiter sa prose une pol mique, certainement justifi e, n est pas rendre hommage au talent d crivain de Vanessa Springora et c est bien dommage.Krakooz


  5. says:

    R glement de compte en r cit court dense captivant r dig dans une belle criture classique au contenu la hauteur du r sum de la quatri me de couverture Tout y est d une histoire intime touchante li e au contexte particulier d une poque marqu e par mai 68 La page 66 de la m re complice qui invite r guli rement l affreux jojo sa table est plus dure avaler que le gigot dont il est question De son cot le p re absent occup avec sa poup e gonflable page 22 ne peut pas tre partout le pauvre Etrangement ces deux l on en parle jamais dans les commentaires on pr f re invoquer l poque ,les moeurs et les intellos p tition jusqu aux journalistes qui en prennent encore une louche Pourtant V.S commence son r cit en insistant particuli rement sur son p re qu elle d zingue autant que G.M qu honn tement elle reconnait ne pas tre un v ritable pr dateur sexuel page 113 Il s agit plut t d un homme l go surdimensionn d pass par ses pulsions se r fugiant dans la litt rature tout en se vautrant dans la religion orthodoxe pour compenser et tenter d oublier qu il peut voler des adolescences et abimer des vies, encourag dans son d lire par les diteurs qui reconnaissent juste titre la qualit de sa plume et l extravagance du personnage hors norme qui en fait un vrai sujet de litt rature lui tout seul Son journal qui s tale sur plus de 50 ans ne parle de sexe que de temps autre entre les lignes avec sobri t ,autrement dit pas du tout une lecture de p dophiles tout comme les lecteurs de Sade ne sont pas tous des tortionnaires sinon ca se saurait L auteure V.S talentueuse au sourire int rieur nigmatique affich en couverture qui ne s attendait peut tre pas un tel retentissement signe un pacte avec le diable avec ce premier roman th rapeutique au prix de la gloire posthume apport e son affreux jojo jusqu alors confin un public restreint M me ma concierge le connait maintenant A n en pas douter on lira plus le colossal journal de G.M que Sollers dans 50 ans Sade le tortionnaire est toujours dans les vitrines des librairies , cot le petit joueur G.M dans une autre cat gorie aux dimensions de notre poque risque bien de conna tre le m me destin.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *